L’esclavage raconté à ma fille.

”Il ne s’agit pas de se morfondre ni de se mortifier, mais d’apprendre à connaître et à respecter l’histoire forgée dans la souffrance.”
Christiane. TAUBIRA
Descendante de déportés africains et née en Guyane, Christiane découvre tard l’histoire douloureuse est sienne. C’est le choc devant tant de barbarie de souffrance liées a l’histoire de tout un peuple. Elle l’a découverte toute seule, et se souvient de la rage et de la haine qui l’ont alors un temps habitée.
Pour elle, connaître son histoire, c’est pouvoir choisir son avenir et c’est pour éviter à la nouvelle génération ce même choc face à l’histoire des peuples noirs qu’elle écrit ce livre en 2002.
‘’Il paraît que l’esclavage a toujours existé ? Parle-moi de ces nègres marron que tu aimes tant… La France devrait donc regretter toute l’aventure coloniale ? Quelle est la différence entre l’esclavage contemporain et l’esclavage dit “moderne ?” 
Ce livre est un dialogue pédagogique entre une mère et sa fille sur les questions liées a l’esclavage et tous les contours d’un thème assez sensible. Devoir de mémoire ou éternelle victimisation ? Chacun y va de son commentaire.
Quoi qu’il en soit tous les peuples du monde ressassent sans cesse leur histoire et si ca ne pose aucun problème, ca ne devrait l’etre quand il s’agit de parler de l’esclavage.
Elle n’est ni dans la repentance ni dans l’accusation, elle réussit juste à exposer en seulement 200 pages les fondements et les idéologies qui ont poussé des êtres humains durant près de 4 siècles à rationaliser et légitimer le commerce et l’asservissement d’un peuple tout entier. 
Vous avez déjà beau lu sur les questions liées aux peuples noirs et sur l’esclavage, ce bouquin restera très abondant en informations. Il y eut un véritable travail recherche, c’est un livre intelligent, didactique.
Elle dénonce l’enseignement parfois partielle visant à exclure les liens entre les héros français et l’esclavage.

Quand on enseigne dans les écoles françaises les ‘’glorieuses’’ épopées de Napoléon Bonaparte, empereur des Français, on doit enseigner qu’il a rétabli l’esclavage dans les colonies françaises dans la barbarie et à coups de meurtre, a fait périr de nombreuses personnes et des résistants comme la ‘’mulâtresse solitude’’.
Quand on enseigne les fastes de Louis XIV. On ne doit pas omettre qu’il est celui qui a promulgué le Code noir qui déclarait les esclaves “bien meubles” et autorisait les maîtres à infliger des sévices corporels à leurs esclaves, la loi prévoyant par la torture, la mutilation, l’exécution des esclaves qui choisissaient le marronnage pour rompre avec l’enfer des plantations. 
Pendant les cours sur Révolution française, on doit enseigner qu’elle n’a pas osé abolir l’esclavage et que c’est seulement la Convention qui l’a fait, cinq ans plus tard, avant son rétablissement par Napoléon huit ans après.
Dans ce livre, Christiane Taubira n’est ni tombée dans la haine, ni dans le ressentiment, mais a simplement relaté ce qui est et a été.
J’ai énormément apprécié la lumière faite sur les combats et les réflexions liées à cette période de notre histoire. 
Les luttes, les heros et résistants pour la liberté, le marronage, le métissage,le racisme, la colonisation, la notion de crime contre l’humanité, les formes contemporaines de l’esclavage, les compensations, l’enseignement falsifiée de l’histoire. 
Elle évoque même la responsabilité des nôtres durant cette période.
Ce livre est sincère, fort, poignant et d’utilité publique et le militantisme de C.Taubira est à saluer.
La loi du 21 mai 2001 tendant à la reconnaissance de la traite et de l’esclavage en tant que crime contre l’humanité dite loi Taubira, du nom de Christiane Taubira,
est une loi française concernant la reconnaissance comme crime contre l’humanité des traites et des esclavages pratiqués à partir du XVe siècle sur les populations africaines, amérindiennes, malgaches et indiennes.
La loi est adoptée par le Parlement le 10 mai 2001 et promulguée le 21 mai 2001.
Elle fait partie des quatre lois mémorielles françaises.
Le 10 mai est choisi en 2006 pour célébrer la Journée commémorative du souvenir de l’esclavage et de son abolition…

One thought on “L’esclavage raconté à ma fille.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s